Cet « Aebi » est décidément un vrai show en soi

À l’occasion de la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres (FFLS) 2019 qui se tiendra à Zoug, l’Aebi TT211 revêtira une chemise de lutteur. Originaire de Meiringen, l’entreprise familiale Märithüsli Jenni vous salue. #AEBILUTTE.

Si vous demandez à des étrangers ce qui  leur vient à l’esprit spontanément à propos de la Suisse, ils répondront certainement le Cervin, le Toblerone et Roger Federer. Super. Mais, il y a encore trois choses qui nous tiennent davantage à cœur : la chemise Edelweiss, la lutte suisse et l’« Aebi ». En Suisse, tous les enfants le savent pertinemment. Cela fait longtemps que la chemise Edelweiss et la lutte ont été à jamais réunies dans une chemise de lutteur dont, en Suisse, les « rois » sont habituellement vêtus lors des joutes. Aebi s’associe au duo pour former un trio et, à l’occasion de la FFLS 2019, il apparaîtra avec un TT211 Édition FFLS revêtu d’une chemise de lutteur.

Oui, vous avez bien lu : votre faucheuse, déneigeuse et très polyvalent véhicule Aebi qui se débrouille toute l’année au soleil, contre le vent et face aux intempéries, est désormais disponible en version « chemise de lutteur ». Ainsi trois des marqueurs les plus indéfectibles de l’âme suisse sont-ils enfin réunis !

Sauvetage de dernière minute : les Jenni et l’edelweiss

Certes, l’edelweiss pousse dans d’autres pays alpins, mais nulle part ailleurs il ne jouit d’une réputation aussi légendaire qu’ici, en Suisse. La « faute » à qui? Aux Jenni, bien sûr, qui nous viennent de Meiringen, ou plus exactement à Therese et Alfred Jenni qui, en 1978, ont ouvert leur magasin dans une petite baraque située à côté du musée en plein air de Ballenberg, dans l’Oberland bernois : le Märithüsli. Dès le début, les visiteurs réclamaient des chemises Edelweiss. À l’origine, ces chemises en tissu grossier tissées avec un motif d’edelweiss ont été fabriquées dans les années 1950 dans l’Emmental : les fermières les fabriquaient elles-mêmes en très petites quantités. Lorsque les Jenni ont commencé à rechercher un fournisseur, ils n’en ont trouvé aucun. Mais obstinés, ils ont réussi à convaincre un atelier de tissage de confectionner leurs chemises Edelweiss. Les Jenni ont alors acheté un tissu beaucoup plus doux que l’original, engagé une couturière, bricolé les premiers patrons pour sortir bientôt leur première collection. À l’époque, les chemises pour enfants et les chemisiers pour femmes en tissu Edelweiss firent sensation. On n’en trouvait nulle part ailleurs. La renaissance d’un mythe suisse. Les chemises Edelweiss issues de l’atelier Jenni sont aujourd’hui disponibles de la plus petite taille enfant (74) à la taille XXXL dite « roi de la lutte », dans différentes couleurs, mais aussi sous forme de sweats à capuche ou de chemises contrastées. Les trois enfants Jenni ont depuis longtemps rejoint l’entreprise familiale : Patrick à la logistique et à la commercialisation, Samuel au marketing et à la composition des assortiments, et Rea Sarina à la comptabilité et aux ressources humaines.

« Que vous soyez un homme ou une femme, une chemise Edelweiss vous donnera toujours fière allure », affirme Samuel Jenni. Formé au commerce de détail, il est revenu dans l’entreprise familiale en 2011 afin d’en promouvoir la présence en ligne. « Nos clients travaillent, font leur courses, se rendent à leurs loisirs ou à leurs réunions de famille, habillés de nos chemises. » Nous avons même déjà transposé le motif en blanc, pour une robe de mariée décorée d’un nœud. Et dans le monde de la lutte, la chemise de lutteur Edelweiss est une marque en soi.

Roi de la lutte à vie

À propos, celui qui une fois a mis la zizanie dans la planification de l’assortiment des Jenni, ne s’agissait-il pas justement d’un « roi de la lutte »? Il y avait à l’époque une chemise de lutteur dans un ton bleu clair, mais qui ne marchait plus vraiment. Les Jenni voulaient la retirer de l’assortiment… jusqu’à ce que le roi de la lutte suivant la porte lors de son tournoi victorieux. « Le lendemain, nous avons tout de suite fabriqué le tissu dans ce coloris et l’avons réintégré dans notre assortiment », nous raconte tout souriant Samuel Jenni. « Nous ne pouvions plus suivre le rythme effréné des livraisons, auquel les clients s’arrachaient les chemises. Le roi de la lutte est tout simplement le plus grand ! »

Les Aebi et les Jenni

Les Aebi se sont dit que « pour le plus grand bonheur de la Suisse, la seule chose qui manquait était le bon véhicule ». C’est alors qu’ils ont appelé les Jenni : « À l’occasion de la FFLS 2019 qui se tiendra à Zoug, nous aimerions beaucoup utiliser votre motif edelweiss pour une édition limitée de notre véhicule Aebi TT211. Cela serait-il possible? » Mais bien sûr. Et voilà Samuel Jenni qui s’empresse d’envoyer à Michèle Arthoun, responsable marketing de lagestion du produit, un fichier numérique du motif de la chemise de lutteur. L’Aebi TT211 a été conçu et emballé sous film afin d’être fin prêt pour le plus grand événement sportif récurrent de Suisse, la fête fédérale de lutte et des jeux alpestres 2019 qui se tient à Zoug, la « Confédérale » pour les intimes, encore abrégée FFLS.

C’est la troisième fois seulement que, depuis la fondation de l’association fédérale de lutte suisse il y a 120 ans, cette fête populaire suisse revient en terre zougoise, après les éditions de 1943 et 1961. Quelque 300 000 visiteurs sont attendus du 23 au 25 août 2019 dans l’arène spécialement érigée pour l’occasion qui, avec plus de 56 500 places, sera pendant trois jours le plus grand stade de Suisse. Nous connaîtrons alors le nom du successeur de Matthias Glarner, qui avait remporté le titre de « roi de la lutte » lors de la dernière « Confédérale » qui s’était tenues en 2016, à Estavayer-le-Lac.

« La lutte est indissociable de l’esprit suisse » nous confie Marco Studer, directeur général d’Aebi & Co. AG Maschinenfabrik, et cela s’applique très bien à Aebi également. Nombreux sont nos clients qui entretiennent une relation étroite avec les sports de lutte voire sont d’actifs lutteurs eux-mêmes. Nous sommes donc très honorés d’être le partenaire roi de cette extraordinaire fête suisse à la fois sportive et populaire, la FFLS 2019. Notre contribution à nous, c’est l’Aebi TT21 habillé d’une chemise de lutteur. Ceux qui le conduiront, seront eux-mêmes un peu les rois !

Partager cet article:

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaitez une bonne lutte !


Allez au Märithüsli

Aebi
tout le monde est roi

Gagnez deux billets pour la FFLS à Zoug

Gagnez maintenant deux billets pour vous et la personne qui vous accompagnera
à la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres 2019 à Zoug.

Participez maintenant!

Vous avez
encore des questions?

Ecrivez-nous simplement à
esaf@aebi-schmidt.com
ou appelez-vous au
+41 34 421 61 21

Pour ne rater aucune action, abonnez-vous à notre newsletter







#Aebilutte
Suivre Aebi lors de la FFLS et gagner!